Validation et contrôle qualité

Un support de rédaction technique doit être soumis à un contrôle qualité rigoureux avant d’être communiqué à ses différentes cibles.

Le contenu doit être validé avant livraison. Cela paraît évident, mais cela demande de bien impliquer en amont les personnes chargées de la validation. Idéalement, la phase de validation se déroule en parallèle de la phase de création : plus les modifications interviennent tôt, moins elles sont coûteuses. Un outil de gestion de contenu d’entreprise tel qu’Alfresco peut sembler intéressant afin de mettre en place des workflows, sur le papier du moins. Dans les faits, une telle solution peut s’avérer lourde. Elle est de plus peu compatible avec certains formats sources basés sur des documents modulaires et non monolithiques et avec les logiciels de gestion de versions (le projet Componize se propose cependant de gérer des projets DITA XML sous Alfresco). Il reste cependant impératif de mettre en place des étapes de validation tout au long du projet. Associés à un système de gestion de versions, les outils de comparaison sont très utiles pour valider les mises à jour. Une version « taguée » d’un projet DITA XML et la version en cours peuvent par exemple être exportées au format RTF, puis comparées sous un traitement de texte. Cela est bien moins fastidieux qu’une relecture comparée. Comparer les modules d’information directement sous le système de gestion de versions n’est pas suffisant, car ils ne sont que les « briques » du document final.